Oui, c'est un gros début d'année. Et un gros billet, finalement…
Faut dire que je depuis l'arrivée du Perco, je n'ai jamais repris mon rythme du temps où je lisais au lit tous les soirs… Et c'est pire depuis le déménagement, vu que tous nos livres (ou presque) sont restés encartonnés – oui, tout ce temps-là. Mais on n'a rien pour les ranger, et le Fifo – qui dévore plus que moi – a un Kindle, qu'il emmène partout avec lui bien sûr… Mais ça s'est arrangé depuis qu'on a aussi une tablette : même si ça n'est pas l'idéal pour bouquiner au long cours, pour une heure ou deux dans la nournée c'est quand même nettement plus pratique qu'un ordi portable classique.

Trève de prolégomènes[1], entrons dans le vif du sujet.
Je vais faire trois catégories, du coup : "vrais" bouquins, fanfics, et webcomics. Bahoui.


"Vrais bouquins", donc. Le gros morceau d'abord :

A Dance with Dragons Hier j'ai fini (ENFIN) A Dance with Dragons, de George RR Martin. C'est le cinquième tome du Trône de Fer, quoi qu'en disent les pauvres lecteurs coincés par la parution en français et qui disent "ahouais j'en suis au tome douze c'est trop bien". Je les plains sincèrement.

Quelques constats s'imposent :

  • Je suis toujours infoutue de distinguer les noms des personnages ghiscari.[2] Du coup c'est difficile de suivre les intrigues de la cour de ce côté-là de l'histoire – ce n'est pas ce qui m'intéresse le plus dans cette partie, mais bon je me sens un peu bête quoi.
  • Martin se regarde un peu trop écrire. Sérieux. Du coup des fois c'est long – même si dans le lot on a droit à des rappels bienvenus sur les tomes précédents, et quelques bouts de backstory intéressants.
  • J'ai amèrement regretté de ne pas avoir en tête certains (gros) détails des premiers tomes. Sauf qu'au rythme où je lis en ce moment, je me voyais mal me relancer même seulement dans le tome précédent pour savoir où on en était. Quant à chercher des infos sur le Net, j'avais trop peur de tomber sur des spoilers gros comme Drogon. Bien m'en a pris.
  • Pour moi la lecture du bouquin s'est faite en deux moitié, en gros : la première pendant l'hospitalisation du Perco, où j'empruntais le Kindle pour lire à l'hosto et dans le RER ; la deuxième après une loooongue pause, où j'ai pu lire tranquillement sur la tablette pendant la journée. Arrivée aux trois-quarts du bouquin, j'ai fini par me dire que le père Martin s'était relâché question morts de personnages "importants"… J'en avais peut-être oublié de la première partie, mais j'ai été "rassurée" en arrivant sur la fin. Outche.

Donc j'attends la suite, sans grande impatience (ne serait-ce que pour rester saine d'esprit, vu le rythme auquel paraît la série…), mais ça m'intéresse toujours.

***

Cygnis Avant ça, Cygnis de Vincent Gessler, a été un peu difficile à démarrer, mais m'a quand même beaucoup plu dans l'ensemble. Vu le côté post-apo (avec des robots !), et le langage presque trop soigné qui m'avait déjà freinée sur Djeeb (de Don Lo) ça n'était pas gagné, mais l'originalité du tout m'a bien accrochée… et quelques clichés avec lesquels je craignais de tomber nez à nez ont été bien évités. Ouf.


***

Le précédent était, je crois bien, En attendant le bus galactique. Ma copine Draco résume bien le principe (l'image est là-bas).
J'ai beaucoup aimé aussi ; complètement déjanté mais intelligent, bref on se laisse emporter même si j'avais quelques doutes au départ.

***

Narcogénèse Le premier bouquin terminé de l'année était Narcogénèse, d'Anne Fakhouri.
Je me suis lancée là-dedans sans trop savoir de quoi il s'agissait, à part que c'était écrit par la copine d'une copine, et que c'était un peu flippant. Bah j'ai été servie. Il est question de secrets de famille, de squelettes dans le placard, et comme c'est une famille un peu spéciale les squelettes n'ont pas envie de rester enfermés. Et ils sont dangereux.
Et oui, arrivée à un certain point de l'histoire j'ai décidé de ne plus lire juste avant de me coucher, vu qu'il est question de cauchemars… C'était très bon.

***

… Ah on parle pas des bouquins en cours d'écriture par les copains ? Bon bah une autre fois alors ^^'

Sinon en ce moment je suis dans L'Histoire de France pour ceux qui n'aiment pas ça, et c'est superbe.


La section "fanfics" est là surtout pour faire de la pub à Lyricwritesprose (et sur Teaspoon, plus pratique pour lire je trouve), qui fait mentir ce schéma :

The problem with fanfics

C'est écrit dans du vrai bon anglais ; extrêmement respectueux des personnages y compris lorsqu'ils évoluent au-delà de ce qu'a montré la série ; et même (j'insiste sur le "même") lorsque le sujet lui-même est usé jusqu'à la corde, l'approche est vraiment réussie. C'est mon point de vue, certes, mais il est plutôt solide.
… Et le bonus qui sort l'auteur de la zone grise centrale : les textes sont toujours terminés avant d'être postés donc même s'il y a plusieurs chapitres ils s'enchaînent rapidement. Rejoice!

En plus j'aime particulièrement la façon dont l'auteur rapproche différentes époques de la série. Quelques exemples, pour appuyer aussi ce que je disais plus haut…

Concernant la caractérisation : Ace, dans Dragons of the Mind, est juste parfaite. Je la connais peu, ayant vu peu d'histoires de Seven (avec elle a fortiori), mais ça colle parfaitement avec ce que je connais du personnage. (Et oui, l'histoire est flippante, mais ça se finit pas trop mal.)
Si vous n'avez pas vu The Curse of Fenric et ne voulez pas de spoilers, regardez-le avant. Sinon, la page Wikipedia du serial en question vous dira tout – ou pour un compromis, lire d'abord Doro Theon devrait dévoiler assez de détails de l'intrigue de cette histoire pour que Dragons of the Mind soit parfaitement compréhensible.
Ça peut paraître compliqué, mais : 1/ même en connaissant peu de choses de l'histoire à laquelle il est fait référence, à part qu'il est question de manipulation et de confiance trahie, j'ai très bien suivice qui se passait dans Dragons of the Mind (et ayant lu l'autre fic ensuite, les derniers détails se sont éclaircis, d'où mon conseil) 2/ Cette histoire est vraiment, mais vraiment très bonne, et vaut largement le détour.

Sur l'approche d'un thème taclé par 99% des auteurs de fanfic et leur mère : Wilf et Eleven – "trope" qui doit être, dans la liste des extrapolations strictement canon-compatibles, juste derrière "Rose et Handy au pays des zepplins".
Lyricwrites a créé celle que je préfère EVER, avec en bonus une belle explication du pétage de câble de Ten sur sa fin. Je n'en dit pas plus : j'ai déjà essayé et me suis vautrée lamentablement (hein Oph ?) Allez voir, ça s'appelle Boxing Day et c'est excellent (et court. Et garanti sans cameo de Donna, pour ceux qui ne l'aiment pas ;p)

Bonus : si vous avez vu The Face of Evil (avec Four) courrez lire And Anon Stands for Memory. Une histoire sur un monde original, narrée par un personnage plus que secondaire très réussi (c'est souvent le cas – voir par exemple C-H-E-A-T-E-R, une histoire de dictionnaire… – et rafraîchissant), et le tout met de bonne humeur.
Si vous n'avez pas vu The Face of Evil, y remédier est une bonne idée.

Pour le reste, vous pouvez prendre à peu près n'importe quel texte de Lyricwrites, et ce sera superbe.

***

J'ai aussi lu le fameux (dans le Who fandom) Lungbarrow. Plus bizarre tu meurs, et pourtant je me suis laissée entraîner aussi.
Mais autant certaines fanfics ont pour moi valeur de canon, autant ce roman officiel restera, comme pour beaucoup, juste une bizarrerie à ne surtout pas prendre en compte (la série moderne s'en garde bien, ouf) Que je classe donc en fanfic, section "OMGWTFBBQ". Même si la version que j'ai pu lire était celle parue en feuilleton sur un site BBC officiel, avec quelques retouches par rapport à l'original.


En webcomics, vite fait, parce que j'ai promis de parler d'un et que du coup je parle aussi des autres…

Je suis depuis looongtemps Gunnerkrigg Court, dans un genre SF vs Fantasy au graphisme intéressant dès le début mais qui a beaucoup évolué, se faisant progressivement à la fois plus doux et plus sophistiqué. L'histoire est complexe et fait beaucoup de détours, mais la plupart sont intéressants tout de même, et j'aime bien les bases de l'univers développé – l'école très "technique", aux origines mystérieuses, avec quelques mediums pour traiter avec le camp d'enface, une forêt très "fantastique" au peuple dirigé par Coyote, le "trickster"… Les détails aussi sont très chouettes. Les publications se font trois fois par semaine, sans coup férir.

Plus fouilli visuellement (et scénaristiquement ?), mais très fun dans un autre genre (ADVENTURE, ROMANCE, MAD SCIENCE!), Girl Genius est sympa aussi. Mais ne me demandez pas trop précisément pourquoi je continue de suivre (à part "trois fois par semaine sans coup férir" aussi), j'aurais du mal à dire tellement c'est, euh, bizarre en fait. Mais très fun, clairement les gens s'amusent.

Finissons par plus sérieux, à part que les personnages sont des chats anthropomorphes (mais ça marche bien, si si): Lackadaisy Cats, qui se déroule je sais plus où exactement pendant la Prohibition. Avec des chats, donc. Mise à jour au lance-pierre, mais dessin très soigné, avec de jolis bonus de temps en temps : réponses farfelues au "courrier des lecteurs", pages de croquis, représentations "humaines" des personnages – et le fait est qu'on les reconnaît très bien, c'est un don que j'aimerais avoir ça.

Plus récemment, j'ai découvert Prophecy of the Circle, qui est aussi plus récent – donc plus court, pour l'instant – que les trois comics précités, et n'est mis à jour qu'une fois par semaine (mais quand on voit le dessin, en vraie aquarelle et vraie encre sur vrai papier, ça n'est pas étonnant… Et j'aime bien le style, ça me donne envie de me rererereremettre au dessin.)
Du coup c'est un peu lent, et il est un peu difficile de voir où l'auteur veut en venir pour l'instant sur certains détails… Mais l'univers me plaît bien, et me rappelle par moments ce que je voulais fait avec Nolti'im au touuuut, tout début, quand j'étais encore jeune et naïve lycéenne – mais du coup c'est mieux que ce que j'aurais pu développer sur ces bases : les races différentes et divisées en plusieurs peuples et/ou factions distincts sont là, et il y a des traces d'intervention d'un peuple étranger extrêmement perturbateur… j'ai hâte de voir la suite, donc.
Il y a aussi une traduction en français, que j'ai promis de relire pour aider à décoquiller un peu ce qui doit l'être.

Bon sur ce je vais me relire moi, pour voir si je peux me remettre à tapoter. Il serait temps.

Notes

[1] Où est-ce que j'ai trouvé ce mot-là ?? Allez, je blâme Jeanne-A D. ou Catherine D., par réflexe.

[2] … et non, ami Google, si je cherche "Ghiscar" ça n'est pas pour trouver des infos sur un ancien président français joueur d'accordéon.